Laurianne Bixhain

Laurianne Bixhain

PhotographieLuxemburg

Biographie

1987 née à Wiltz 2006–09 École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux, France, DNAP Art et Média (Diplôme National d’Arts Plastiques), obtenu avec les félicitations du Jury 2009–10 Yildiz Teknik Universitesi Istanbul, Turquie, Programme Erasmus, département Photographie 2010–11 École d’Enseignement Supérieur d’Art de Bordeaux, France, DNSEP Art et Média (Diplôme National Supérieur d’Expression Plastique), obtenu avec les félicitations du Jury 2013–15 Hochschule für Grafik und Buchkunst Leipzig, Deutschland, Meisterschülerstudium, Prof. Heidi Specker, Klasse für Fotografie. Vit et travaille à Luxembourg

Prix

2012 Bourse d'aide à la création et à la diffusion en photographie, Centre national de l’audiovisuel (CNA), Dudelange Mise à disposition d'un atelier dans les Annexes du Château de Bourglinster par le Ministère de la culture du Luxembourg

Expositions (sélection)

2015 Illumination is the new interior sensation, Commissaire : Karolina Markiewicz, AICA, Mois Européen de la Photographie (Café-Crème asbl), Kiosk, Luxembourg 2014 Bathing by electric light, Commissaire : Danielle Igniti, Nei Liicht, Dudelange 2013 Keep your feelings in memory, Agence Borderline, Musée National de la Résistance, Esch-sur-Alzette; You I Landscape, Triennale Jeune Création, Commissaire : Michèle Walerich, Centre National de l’Audiovisuel, Dudelange & Carré Rotondes, Luxembourg 2012 Junge Luxemburger Fotografen, Ambassade du Luxembourg, Berlin, Allemagne

Publications

Katalog, Journal of Photography & Video, Danemark, 2015
Notas y refexiones N°5^, Agence Borderline, 2015
Objets minces Part 4, Éditions de la Houle, Bruxelles, 2014
Traces N°3, Éditions Casino Forum d'Art Contemporain, Luxembourg 2013

Contact

www.lauriannebixhain.com

L'univers artistique de Laurianne Bixhain naît d'une réflexion approfondie sur ses entourages successifs. L'artiste fait montre d'une remarquable sensibilité aux formes et aux textures des objets ainsi qu’aux phénomènes nés de la lumière et de l'ombre. Tant le contenu de ses travaux que la manière dont elle les présente en sont le reflet. Pour l'artiste, la capture de l'image est un processus tout aussi important que celui de l'impression et de la sélection du support.

La photographie est un médium qui permet à l'artiste une approche de l'objet représenté, d'un espace ou d'une surface. Souvent ses images naissent d'une rencontre intuitive. Bixhain crée un univers pictural constitué d'un amalgame d'influences, de fragments, couleurs et reflets de lumière d’une grande diversité, et pousse l'observateur à la découverte.

Son Illumination is the new interior sensation (2014–2015) date de ses séjours à Chicago et Istanbul.
Bixhain est totalement fascinée par la collection de livres sur les modalités de transport de la Transportation Library, qu'elle découvre au fil de son exploration de Chicago et qui l'incitent à réfléchir aux flux de transport et de locomotion dans cette ville. Les publications ont servi de modèles photographiques. Les trajets qu'elle accomplit chaque jour à travers la ville vont très vite lui permettre de créer des associations entre ce qu'elle lit et ce qu'elle appréhende.
Aux travaux photographiques sur la ville de Chicago s'ajoutent trois photos prises durant un séjour que Bixhain a effectué à Istanbul. Bixhain mélange ici les deux villes et leur culture respective. Les impressions se confondent et créent de nouveaux environnements.

L'artiste s'intéresse en premier lieu à la découverte de nouveaux lieux, avec son enthousiasme spontané pour les éléments urbains et conditions de vie respectifs. Dans Ohne Titel (Sans titre) (2015), elle fait naître un environnement fictif dans lequel la prise de vue devient témoin d'un monde que l'homme a construit et maintenant abandonné. Riches d'ambiance, les photos symbolisent la lenteur et l'inefficacité, elles véhiculent une sensation d'immobilisme et d'isolement.

Le travail Préparation des surfaces (2014) s'intéresse aux surfaces les plus diverses. Bixhain reproduit et agrandit une photo qu'elle a trouvée. Le processus d'impression achevé dévoile des taches et traces de vieillissement auparavant invisibles. Ce n'est qu'au deuxième coup d'œil que l'on reconnaît qu'il s'agit d'une photo de voiture. Le jeu entre la matérialité et la surface, cher à l'artiste, se révèle dans les reflets et la transmission.

Le travail de Bixhain est toujours axé sur le processus: du choix du motif à la présentation, l'artiste veille scrupuleusement à créer des associations.

Ce qui est connu devient un fragment énigmatique et éveille la curiosité de l'observateur. Le but n'est pas d'offrir de ce que l'on voit une représentation proche de la réalité mais plutôt divers niveaux de lecture et d'appréhension. La désorientation et la découverte créent de nouveaux espaces, expériences et associations. Laurianne Bixhain nous invite à travers la poésie de ses photos à redécouvrir l'environnement connu et à créer ainsi de nouveaux environnements.

 

Daniela Del Fabbro